Mexique / Baja California  / Points de repère / San Ignacio
Deutsch
English
Friday, 22. February 2019

San Ignacio

Quelle vue, quelle surprise !

 

A 145 kilomètres au sud de Guerrero Negro, une tache verte apparaît soudain, incrustée dans le brun familier du paysage sec des Baja Californias : l'oasis de San Ignacio.

A partir d'un réservoir d'eau souterrain, l'eau précieuse remonte à la surface, est endiguée et utilisée pour l'irrigation d'environ 100.000 palmiers dattiers, agrumes, figuiers et autres produits agricoles. A l'ombre des arbres se trouve San Ignacio, un petit village avec de vieux bâtiments coloniaux, où agitation et précipitation sont des mots étrangers. Les 4 000 habitants se consacrent à leur travail quotidien et, plus récemment, aux soins des quelques touristes qui ont découvert le charme de cet endroit.

Qu'y a-t-il à découvrir dans et autour de San Ignacio ? D'abord et avant tout le règlement lui-même. Au centre se trouve la Plaza, entourée de puissants arbres d'ombrage. Sur son côté ouest se dresse l'accroche-regard de l'endroit, l'église missionnaire. C'est sans aucun doute l'une des églises les plus impressionnantes de Basse Californie. San Ignacio a été fondée en 1728 comme mission des Jésuites. Jusqu'à 5 000 Indiens Cochimi y ont été regroupés. Après l'expulsion de l'Ordre des Jésuites du Nouveau Monde, les Dominicains ont repris la mission. En 1786, ils érigèrent une nouvelle église, beaucoup plus imposante que l'ancienne, avec des murs en pierres de lave de 1,2 m d'épaisseur et une façade extérieure décorée. L'intérieur est également très impressionnant ; le maître-autel est orné de la statue de San Ignace de Loyola, fondateur de l'Ordre des Jésuites et saint de la ville, flanqué d'autres saints de l'histoire catholique. En 1976, l'église a été restaurée dans son état d'origine. Encadré par six lauriers anciens, il fait aujourd'hui la fierté du village.

A quelques mètres seulement se trouve le Musée de la culture indienne et le bureau de l'INAH, l'institut anthropologique et historique mexicain. Cette autorité est chargée de visiter les peintures rupestres de la Sierra San Francisco voisine. Elle délivre les permis nécessaires, détermine les dirigeants et aide à l'organisation de l'entreprise.

Ceux qui ont prévu d'être à San Ignacio à la fin du mois de juillet malgré la chaleur peuvent participer à des événements culturels intéressants. Le 31 juillet, la fête de la moisson est célébrée en même temps que la fête de San Ignacius de Loyola. Sur la place, les produits de dattes sont exposés, La Reina del Datil (la reine des dattes) est couronnée, il y a de la musique et de la danse.

Enfin, le squelette de la baleine à la jonction de MEX-1 à San Ignacio indique que San Ignacio a aussi des baleines grises à offrir. C'est le point de départ de l'observation des baleines dans la Laguna San Ignacio, située à 58 km au sud-ouest et accessible par une route en gravier. Les baleines y ont la réputation d'être particulièrement amicales et de rechercher le contact avec les gens. Les excursions peuvent être réservées à l'avance.

Si l'on s'éloigne de San Ignacio plus au sud, le paysage devient de plus en plus volcanique et bientôt les trois cônes volcaniques classiques Las Tres Virgenes (les trois vierges) entrent en scène. Avec ses 1 920 m, la Jungfrau est une montagne imposante. La dernière éruption a eu lieu ici en 1746 et a envoyé des coulées de lave loin dans la plaine. La route passe près des volcans et traverse la lave encore jeune, qui n'est que peu recouverte d'éléphants et témoigne de cet événement. Un peu hors des sentiers battus, l'énergie géothermique est extraite du champ électrique géothermique de Tres Virgenes, au pied des vierges. Les installations peuvent être visitées sur demande.