Mexique / Baja California  / Baleines Grises
Deutsch
English
lundi, 24. juillet 2017

Baleines Grises

Walbeobachtung Guerrero Negro
Guerrero Negro Whale Watching
Walmutter & -kind
Mère & Enfant
Menschbeobachtung
D'observation de l'homme
Walbeobachtung San Ignacio
Whale Watching San Ignacio

A la recherche de nourriture et d'un refuge les ancêtres des baleines quittèrent la terre, il y a 60 millions d'années et trouvèrent un nouvel habitat dans les océans.

 Là se développèrent les plus grands animaux que la planète connait. Ils n'avaient pas d'ennemis avant que l'homme ne découvre que la baleine pouvait lui être utile de plusieurs manières. Les baleines fournissent de l'huile, du savon, de la gélatine, des peignes, de la viande, des engrais et des parfums, ce qui en faisaient des proies très prisées.

Si vous demandez aujourd'hui aux voyageurs, quelle est l'attraction principale de Baja California, presque tous vont mentionner les baleines grises. La presqu'île est réputée pour l'observation des baleines, sur laquelle une industrie du tourisme se construit. Même si cette activité ne dure que 4 mois par an, on peut se fier à la ponctualité des baleines. Elles apparaissent chaque année à la mi-décembre sur la côte occidentale de la péninsule et la quittent au plus tard au début du mois de mai. Pourquoi seulement ce laps de temps et où vont-elles le reste de l'année?

Les animaux viennent de l'extrême nord  et leur migration appartient aux exploits les plus surprenants de mammifères. Jadis les baleines grises étaient répandues dans tout le nord du Pacifique et de l'Atlantique, elles se trouvaient même dans la mer du Nord et la mer Baltique. Après des siècles de chasse, elles survivent seulement aujourd'hui dans la mer de Bering et la mer de Chukchi. Durant l'été  vivent dans l'hémisphère nord approximativement 20.000 animaux, qui trouvent de la nourriture en abondance dans ces mers productrices. Les baleines grises appartiennent aux baleines à fanons, mais se nourrissent autrement que leurs grands cousins des océans. Elles ne filtrent pas le plancton de l'eau, mais ratissent le fonds des mers pour les crustacés, les vers, les mollusques et d'autres petits animaux. C'est pour cette raison qu'elles restent toujours près des côtes, dans des eaux peu profondes. C'est aussi le cas durant leur migration vers le sud qui commence au début du mois d'octobre. Avec une vitesse moyenne de 185km par jour, elles passent d'abord le golfe d'Alaska, puis poursuivent leur chemin le long de la côte californienne. A Noël elles sont devant San Diego, et peu après atteignent la péninsule de Baja California. Les migrations se font suivant un ordre bien déterminé. L'avant garde est constitué par les femelles prêtes à mettre bas. Puis viennent les mères et les petits d'une année, et enfin des petits groupes de femelles adolescentes et mâles adultes et adolescents.

Arrivés dans les eaux mexicaines du Pacifique, les solitaires du nord se transforment en amants passionnés. Entre pirouettes et d'habiles prouesses acrobatiques ils exécutent des scènes amoureuses; une femelle est au moins courtisée par deux mâles. Entretemps, dans les lagunes peu profondes de Baja California,  les femelles pleines mettent au monde le résultat de leur passion de l'année précédente. Pour cet événement qui a lieu à 10m sous l'eau, un grand groupe de baleines se réunit. Les mères propulsent par un coup, les nouveaux nés à la surface de l'eau pour respirer pour la première fois. A la naissance le bébé pèse entre 700 et 1.400 kg et mesure entre 4 et 5m de long. Une baleine grise adulte peut faire jusqu'à 16m de long et peser 40 tonnes. Dans les  deux premiers mois les petits prennent plus de 1.000kg, ils doivent téter tous les jours près de 200 litres de lait maternel nourrissant. Cela est indispensable, parce les petits n'ont pas encore la couche de graisse isolante que les adultes possèdent. Ils doivent téter pendant 2 à 3 mois avant d'avoir le poids et la couche de graisse isolante nécessaires pour entreprendre le long chemin migratoire vers les eaux froides. Le petit se tient tout près de la mère qui lui apprend dans la lagune à nager parfaitement. Après deux mois (au début de la migration vers le nord) il mesure déjà six mètres et pèse deux tonnes, c'est à dire qu'il a doublé son poids de naissance. Tandis que la maman durant ce temps ne mange pas et perd beaucoup de poids.  Pendant toute la durée de la migration le petit continue à être nourri par la mère, et c'est  seulement à six mois qu'il sera sevré dans les eaux de l'océan arctique. Ces grands animaux parcourent presque 20.000 km par an – la plus grande migration connue chez les mammifères.

Même s'il est possible de rencontrer des baleines grises pendant les mois d'hiver le long de toute la côte ouest de Baja California, elles sont concentrées en plus grand nombre dans trois lagunes de Baja California Sur. Ces lagunes sont peu profondes et ont des eaux chaudes et salée, où les petits flottent plus facilement.  En plus elles sont abritées des vents, entourées de mangroves, et sont des réserves protégées. Du nord au sud se sont les suivantes:

Quand les baleines sont arrivées il règne une activité intense dans ces lieux. Il est possible d'observer les baleines depuis la terre ferme, ou de les voir toutes proches en prenant une des  petites embarcations rapides, avec lesquelles les organisateurs conduisent des groupes sur les zones intéressantes toute la journée. Les lieux où elles se trouvent sont facilement repérables, par les expulsions d'air. Comme les baleines grises sont très actives, les impressions sont inoubliables. Ainsi lorsque plusieurs mâles poursuivent une femelle, ou lorsque un sort de l'eau avec tout son corps, plusieurs fois de suite, et qu'il retombe en fracassant l'eau – un spectacle fascinant. Les observateurs sont enthousiasmés quand elles battent leur queue hors de l'eau, ou qu'elles montent très haut avant de plonger. A la différence des poissons qui respirent par branchies, les baleines ont des poumons pour respirer, et doivent pour cela émerger pour inspirer l'air. Pour la respiration des muscles spécifiques ouvrent les clapets des soufflets. La baleine expire plus de 1.000 litres d'air. Quelquefois une baleine grise sort sa tête près du bateau et donne l'impression de regarder attentivement les passagers.  Se sont des occasions pour observer les pustules d'eau de mer, qui ressemblent à des tâches blanches sur la peau. Les spécialistes savent reconnaître les différentes baleines à la forme de ces tâches blanches. Les mères avec leurs petits sont particulièrement populaires. Les petits sont très curieux, et parfois s'approchent volontairement si près des embarcations  que le désir de les toucher se réalise enfin. Avec dans cette partie il y aussi souvent les dauphins, et les oiseaux de mer, tels les pélicans bruns, les frégates, les mouettes, les cormorans, les balbuzards, les hérons.

Fast wäre aus diesem heute so beliebten Schauspiel nichts geworden, denn auch die Grau­wale standen Anfang des 20. Jahr­hunderts kurz vor dem Aus­sterben. Schon vorher war der Atlan­tische Bestand nach intensiver Bejagung erloschen und seit 1850 jagte man sie im großen Stil im Pazifik. Nach Schätzungen des damaligen Wal­fängers Charles Melville Scammon (nach ihm ist die Scammon’s Lagoon benannt) zogen damals zwischen dem 15. Dezember und dem 1. Februar täglich etwa 1.000 Wale an der kalifor­nischen Küste vorbei; 25 Jahre später waren es im gleichen Zeit­raum täglich nur noch etwa 40 Tiere. Man harpunierte sie im seichten Wasser der Lagunen, Alte und Junge, zwischen 1850 und 1874 etwa 10.000 Tiere. Ende des 19. Jahr­hunderts waren nur noch etwa 250 des auf 25.000 Tiere geschätzten ursprüng­lichen Bestandes übrig, so dass die Jagd nicht mehr lohnte. Seit 1935 ist der Grau­wal­fang welt­weit verboten, aber erst 1972 kam der wirksame Schutz in Form des von den USA einge­brachten Marine Mammal Protection Acts. Seitdem erholte sich der Bestand schnell und hat fast wieder die Zahl vor der Bejagung erreicht, zur Freude der Wal­beobachter und Veran­stalter. Wal­beobach­tungen in Mexiko – ein Lehr­beispiel, wie Natur­schutz und ökonomische Interessen lang­fristig in Einklang gebracht werden können.